Archives du blog

Case Study Competition in Corporate Communications

case-studyThe Arthur W. Page Society, in alliance with the Institute for Public Relations, conducts this annual award competition for original case studies written by students at accredited schools of business, communications or journalism that focus on corporate communication and the practice of public relations. Lire la suite

Publicités

The Africa Oxford Initiative (AfOx) recrute un chargé de communication

university-of-oxfordL’Africa Oxford Initiative (AfOx) est une plate-forme interuniversitaire pour les collaborations universitaires et de recherche entre l’Université d’Oxford et les chercheurs et institutions africains. L’Initiative vise à soutenir le travail des universités et des institutions de recherche à travers l’Afrique et à faciliter le développement de collaborations équitables et étendues entre Oxford et les institutions africaines. C’est une excellente opportunité pour un gestionnaire de communications de rejoindre l’équipe. Lire la suite

TFT Appel à candidature responsable communication bilingue

Recherche d’un responsable communication bilingue français-anglais

since-1611Qui sommes-nous ?

TFT est une organisation internationale à but non lucratif travaillant avec les agro-industriels et les petits planteurs pour la mise sur le marché des produits responsables, c’est à dire traçables et dont la production n’a pas provoqué des impacts négatifs sur l’environnement et les communautés locales. Les produits sur lesquels nous travaillons sont le cacao, l’huile de palme, l’hévéa et bien d’autres commodités. TFT a développé l’outil HCS (High Carbon Stock), un outil de travail de l’engagement 0 Déforestation. Notre organisation travaille aussi avec les petits producteurs pour développer leur résilience en mettant un accent particulier sur la diversification, l’accroissement de la productivité pour diminuer les expansions. Lire la suite

Colloque Technologies et développement : Objets connectés Perspectives pour un développement intelligent

13912457_1598580423774713_4781891320706125063_nBordeaux, 16 -17 mars 2017

Colloque labellisé SFSIC

Ce colloque s’inscrit dans la lignée des recherches de la Chaire Unesco Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement. Il se fixe pour objectif d’encourager les débats critiques et transdisciplinaires sur les implications épistémologiques des objets connectés en lien avec le processus de développement. Les objets dont il est question sont doués d’une capacité de communication, le principe de connexion étant l’élément fondateur de la notion. Ils vont des étiquettes électroniques (dites TAG) placées sur des objets ou sous la peau aux satellites, en passant par les smartphones, montres, lunettes, bracelets de tout genre, vêtements, appareils électroménagers, caméras… L’on convient que le questionnement dépasse le cadre des enjeux pour en analyser les acteurs, le marché, mais surtout les pratiques associées au processus de développement. Il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. Lire la suite

Communication et miséricorde, une relation féconde

La Journée Mondiale des Communications Sociales est une initiative suscitée par les directives du Concile Vatican II. Ce, dans le souci de « renforcer plus efficacement l’apostolat multiforme de l’Eglise à travers les instruments de communications sociales dans tous les diocèses du monde » (Inter Mirifica. 18) Lire la suite

Rôle de la Commission Communication dans la vie d’une paroisse

Cathédrale_Saint_Paul_d'AbidjanPar définition, la communication est un processus par lequel un émetteur transmet par le biais d’un canal, un message à un récepteur en vue de modifier son comportement, de changer son attitude. Autrement dit, d’obtenir un retour d’action appelé feedback.

L’émetteur, peut être une personne physique ou une personne morale. C’est le cas d’une paroisse. A ce niveau, on parle de communication des organisations ou plus spécifiquement dans le cadre de l’Eglise, de communication pastorale. Cette forme de communication est destinée à un type de public généralement appelé « fidèles ». Lire la suite

APPEL A COMMUNICATION / COLLOQUE INTERNATIONAL GOUVERNANCE ET COMMUNICATION TERRITORIALES

Appel à communications

Dans le prolongement des travaux du programme franco-maghrébin et interdisciplinaire Langages, Objets, Territoires et Hospitalités (LOTH), et dans le cadre des activités du Groupement de recherche international : Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée (GDRI-COMMED), ce colloque rassemble prioritairement les chercheurs en sciences de gestion et en sciences de l’information et de la communication. Lire la suite

Les inégalités dans les communications sociales

   A l’occasion du Blog Action Day 2014 dont le thème est : l’inégalité, j’aimerai porter une réflexion sur les inégalités dans les communications sociales. En effet, la plupart des pays du monde se sont engagés de par l’adoption de certains textes, à œuvrer pour garantir la liberté d’expression, d’information et la libre circulation de l’information. Cependant dans la quête de cet objectif, des inégalités en matière de communication et d’information persistent. Celles-ci se situent à la fois entre pays développés et en développement, zones urbaines et rurales, hommes et femmes, etc. Lire la suite

La vérité au cœur de nos communications

L’homme est au sens aristotélicien du terme, un animal social et « celui qui ne peut vivre en société est un dieu ou une brute[1]». La société se révèle être le lieu de construction de l’être humain. Etant en société, l’homme est confronté à son semblable, aux règles de vie et aux traditions héritées des ancêtres. Celui-ci pour s’épanouir est donc obligé de chercher à connaitre toutes les prescriptions qui régissent la vie sociale. Mais comment les connaitre si elles ne sont pas communiquées ? Voici donc un besoin fondamental pour l’homme : la communication. En effet, « le besoin de communiquer avec son prochain est tout aussi fondamental que la nécessité physique de se nourrir et de s’abriter[2]». De ce fait, la communication comprise comme transmission d’information et de vérité en vue de modifier le comportement d’autrui est plus qu’indispensable si l’homme veut accéder à son épanouissement. Aussi, pour parvenir à cet épanouissement, il est important d’accepter les vérités communiquées. Or, le constat est qu’il est difficile d’accepter certaines vérités notamment celles dont on aime le moins entendre. L’homme s’y prête parfois à un refus catégorique d’accorder ouïe à la vérité qu’il n’aime pas et qui selon lui, ne lui apporte rien ou lui est contraignante. Mais, c’est bien tout le contraire. Cette vérité que l’être humain se rechigne à entendre est bel et bien celle à laquelle il doit donner plus d’attention car elle est celle-là même dont il a le plus intérêt à savoir.

En quoi donc la vérité serait un gage d’avantage inestimable ? Qu’est-ce que la vérité ? Quel bien apporte t’elle à l’Homme?

Le Grand Robert définit la vérité comme étant : « l’expression sincère, sans réserve de ce qu’on sait, de ce dont on a été témoin[3]». En effet dans le cours de l’histoire, l’homme s’est formé par la transmission de la culture, des acquis ancestraux. En l’être humain se trouve un miroir pour son prochain. Dans ce miroir, l’homme découvre son passé et se découvre lui-même. Au cœur de cette découverte, il faudrait une expression honnête du savoir sur le monde et sur les êtres à qui il fait face. La vérité s’inscrit comme un passage obligé sur le chemin de la construction de l’Homme.

De plus, la vérité participe à la construction de l’histoire. Il est vrai que l’homme s’édifie au regard de la culture et que la vérité est au cœur de la transmission culturelle. Mais comment accéder à ce qui fait l’essence humaine (en parlant de la culture) si la connaissance du passé ne relève pas du réel et qu’elle est falsifiée ? Cela revient à dire que c’est par la vérité des témoignages et écrits ancestraux que l’histoire, source dans laquelle sont puisées les manières de vivre et d’être se bâtit. Il en ressort que la vérité quelque soit sa forme ou les appréhensions qu’on s’en fait, ne constitue en rien un élément perturbant le système auditif pour se refuser à l’entendre. Rousseau dira : « la vérité générale et abstraite est le plus précieux de tous les biens. Sans elle, l’homme est aveugle[4]».

Par conséquent, l’homme ne devrait pas se rechigner à entendre la vérité car elle est pour lui une lumière qui le conduit à la connaissance de soi et du monde dans lequel il vit. En un mot, la vérité conduit à la liberté. « Dans l’ordre intellectuel le contenu de la liberté, c’est la vérité : c’est elle qui rend libre.[5]» dira Kierkegaard. « Vous connaitrez la vérité et la vérité vous affranchira[6]», proclame l’Evangile.

Cependant, que dur est le chemin qui mène à la liberté, pour ne pas dire à la vérité ! En effet, savoir qui nous sommes, mesurer nos limites et nos faiblesses au travers du miroir qu’est le prochain est difficile.

Si l’homme se refuse à la vérité, c’est parce qu’il a peur. Peur d’être condamné, peur d’être jugé ou de se sentir trahir. L’adage qui stipule que « la vérité rougit les yeux mais ne les casse pas » illustre la douleur qu’entraine la vérité. Mais, toute bonne correction passe nécessairement par une douleur à laquelle il faudra s’y faire surtout quand on voit les bénéfices à en tirer. Car, c’est bien au bout de la croix que se trouve la couronne de gloire. Il convient donc d’accepter toutes vérités aussi difficiles soit-elles car la vérité bien acceptée et bien dite nous éclaire et nous aide à nous améliorer.

En guise de conclusion, l’homme se refuse à entendre certaines vérités car il a peur de se découvrir alors que la découverte de soi et de son environnement telle que révélée par la vérité dite et enseignée, édifie et libère. Aussi, il faut savoir communiquer la vérité car comme le dit Jankélévitch : « il y a des vérités qu’il faut manier avec des précautions infinies, à travers toutes sortes d’euphémismes et d’astucieuses périphrases[7]».

Emmanuel DABO

13/09/13

 


[1] Aristote, La cité

[2] Warren K. AGEE, Phillip H. Ault et Edwin EMERY, Médias, 9e edition, trad. Franç.  par Anne Sauvêtre, Bruxelles, De boeck Université, 1989, p. 32.

[3] Le Grand Robert

[4] ROUSSEAU, Les Rêveries du promeneur solitaire, 1782 (posthume)

[5] Kierkegaard, Le Concept de l’angoisse, trad. K. Perlov et J.-J. Gateau, Gallimard, « Idées », 1985, p. 171.

[6] Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean, chapitre 8, verset 32

[7] Jankélévitch, L’Ironie, Flammarion, 1964