APPEL A COMMUNICATION / COLLOQUE INTERNATIONAL GOUVERNANCE ET COMMUNICATION TERRITORIALES

Appel à communications

Dans le prolongement des travaux du programme franco-maghrébin et interdisciplinaire Langages, Objets, Territoires et Hospitalités (LOTH), et dans le cadre des activités du Groupement de recherche international : Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée (GDRI-COMMED), ce colloque rassemble prioritairement les chercheurs en sciences de gestion et en sciences de l’information et de la communication. Il est aussi ouvert aux autres disciplines des sciences humaines et sociales avec une approche centrée sur les développements des territoires qui se construisent autour des logiques de participation et de concertation impliquant les acteurs locaux dans leur diversité. Ces questionnements concernent autant la recherche que la pédagogie et notamment au niveau master et études doctorales.

Trois colloques internationaux et pluridisciplinaires ont déjà permis de poser les jalons d’une recherche sur les liens entre gouvernance et communication territoriale au Maghreb. À Djerba en 2012 sous l’impulsion de l’Institut des régions arides sur « Développement territorial, patrimoine et tourisme en zones fragiles et menacées: entre dynamiques économiques, démocratie participative et communication  » ; à Béjaïa en 2013 à l’initiative de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’université A-Mira « Communication publique et développement territorial enjeux d’une valorisation et défis des acteurs ». Enfin en partenariat avec la province de Taroudant en 2015 pour l’École nationale de commerce et de gestion d’Agadir le premier volet d’un nouveau programme de recherche autour de « La valorisation des patrimoines : authenticité et communication ». Plusieurs publications complètent ces travaux (cf. http://loth.hypotheses.org).

De retour en Tunisie, à un moment clé de son développement, ce nouvel événement– sous l’égide de l’université de Monastir, de la Faculté des sciences économiques et de gestion de Mahdia et dans un large partenariat interuniversitaire – focalise la réflexion sur les dimensions formation et recherche dans les domaines de la gestion des territoires et de la communication publique. En ce sens, ce colloque a clairement une visée opérationnelle. L’observation, l’expérimentation et la diffusion des résultats de la recherche comme la conception de formations doivent servir à accompagner des praticiens et décideurs de l’action publique sur les territoires. D’une part, c’est une occasion pour discuter des avancées et enjeux afférents à la recherche scientifique et, d’autre part, cela permettra de suggérer diverses orientations aux acteurs institutionnels pour asseoir leurs stratégies de développement du territoire. Ce colloque vient aussi en appui à un parcours de master en constitution ayant pour ambition de former des professionnels de la gouvernance et de la communication au niveau des territoires au Maghreb.

Objectifs du colloque

Le développement d’une dynamique de valorisation territoriale anime les visions stratégiques des décideurs locaux. Citoyens, universités, entreprises, et associations ont des démarches soutenues pour la conception et la réalisation de plans d’action innovants notamment en matière de transition socio-écologique. La pluralité et la diversité des actions comme des approches supposent la concertation et la coopération entre tous. Pluralité et diversité qui toutefois interrogent les mécanismes de gouvernance comme les formes de communication dans le développement de projets territoriaux locaux ou globaux, le soutien des partenariats publics privé, le management de projets, l’entreprenariat, le marketing territorial, l’intelligence territoriale, les conservations, préservations, réhabilitations et valorisations des patrimoines naturels, matériels et immatériels.

Ce colloque visera donc un triple objectif :

Réunir des scientifiques (chercheurs et doctorants) de différentes disciplines pour exposer et discuter les résultats de leurs recherches et leurs études empiriques en développement territorial et débattre de la manière dont les acteurs locaux et les praticiens contribuent effectivement aux recherches et se les approprient.

Sérier les interrelations entre les divers acteurs territoriaux publics et privés et les modalités de participation à la valorisation d’un territoire et, plus particulièrement ici, montrer les apports de la communication publique et territoriale.

Interroger les dispositifs d’intelligence territoriale et les moyens de capitalisation entre acteurs locaux, chercheurs et praticiens du développement. Comment la communication et la concertation entre chercheurs et décideurs contribuent-elles à la concrétisation de projets globaux pertinents dans les transitions socio-écologiques ou politiques de valorisation des patrimoines engagées au Maghreb ?

À titre indicatif et non limitatif : les propositions de communication pourront s’inscrire dans les trois axes suivants

Gouvernance et politiques institutionnelles pour un développement territorial ?

Les communications peuvent cibler l’analyse des visions et approches institutionnelles en matière de développement territorial et de gouvernance en relevant les pratiques déployées ainsi que les difficultés rencontrées. Quelles orientations et politiques institutionnelles sont adoptées pour améliorer la qualité des services aux citoyens ainsi que l’attractivité d’un territoire. Comment les acteurs peuvent-ils promouvoir une relation de proximité qui assure une gouvernance à forte valeur ajoutée ? Face à la diversité des acteurs et des attentes quels sont les choix les plus propices pour un territoire ? Comment éviter de parcelliser la réalité face àla multiplication des échelons de gouvernance ?

Entrepreneuriat et projets globaux quels partenariats publics, privés ?

Dans cet axe, les chercheurs peuvent sérier et analyser les rôles des entrepreneurs, des entreprises existantes et des acteurs institutionnels dans le cadre de partenariats publics/privés. Quelle est la capacité de l’entrepreneur à générer de l’innovation et de la croissance ? Interroger les différents impacts, politiques, économiques, sociaux ou environnementaux permet un positionnement – y compris critique – relatif à la création de valeur, à l’acquisition de ressources et de compétences, ainsi que la découverte et l’exploitation d’opportunités. Vérifier les conditions d’émergence et les réalités socio-économiques traduit l’analyse des discours publics de support, l’accompagnement entrepreneurial, les financements de l’entrepreneuriat et des projets globaux.

Pratiques de communication et valorisation territoriale

À partir de recherches et d’études de cas reposant sur des approches critiques et originales cet axe interroge les pratiques communicationnelles permettant de publiciser et d’assurer l’attractivité d’un territoire. Depuis l’information aux citoyens à la communication touristique, des médias traditionnels aux usages des technologies numériques, quelles formes et intentions de communication privilégier au sein même d’un territoire comme dans sa valorisation à une échelle plus large.

Calendrier

31 juillet 2015 : diffusion de l’appel

31octobre 2015 : date limite de réception des résumés de communication

30 décembre 2015 : réponse du comité scientifique

15 février 2016 : réception des textes définitifs (30000 signes espaces compris)

1er mars 2016 : retours du comité scientifique aux contributeurs retenus pour les actes et publication du programme du colloque. Seules les communications des participant(e)s effectifs au colloque seront publiées dans un numéro spécial de la Revue des régions arides.

Modalités de soumission

Les contributeurs sont invités à soumettre une proposition à l’adresse suivante :

colloquemahdia2016@gmail.com

Il comportera 2500 signes en français ou en anglais présentant l’objet d’étude, la problématique et la méthodologie, accompagné d’un titre, de cinq mots-clés et 3 à 5 références bibliographiques et du choix de l’axe thématique. Les noms des auteur(e)s, leur fonction et rattachement institutionnel, ainsi que leurs coordonnées complètes (mail, tél, fax et adresse postale) doivent être rassemblés sur la première page. Les propositions seront évaluées en double aveugle.

Coordination scientifique du colloque

Abdeljlile Farhat (Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Mahdia, Tunisie)

Jamel Henchiri (Institut Supérieur de Gestion Gabès, Tunisie)

MongïSghaier (Institut des Régions Arides Médenine, Tunisie)

Syrine Ben Slymen (Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Mahdia, Tunisie)

Vincent Meyer (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Comité scientifique

Abdellatif Ait Heda (ENCG Agadir, Maroc)

Abderrahmane Amssider (Université Ibn Zohr, Maroc)

Moez Ben Masseoud (Université de la Manouba, Tunisie)

Leila Benlatreche (Université Mentouri Constantine 3, Algérie)

Françoise Bernard (Aix-Marseille université, France)

HafidhaBoulekbache (université de Valenciennes, France)

Pierre-Noël Denieuil (Centre d’anthropologie, Faculté des Lettres de Sousse, Tunisie)

Michel Durampart (Université de Toulon, France)

Mouna El Gaied (Université de Lorraine,France)

AbdeljlileFarhat (FSEGM, Tunisie)

Elizabeth Gardère (Université de Bordeaux, France)

Wahid Gdoura (Institut supérieur de documentation Tunis, Tunisie)

Jameleddine Gharbi (FSJEG Jendouba, Tunisie)

Rym Hachana (ISCAE Manouba, Tunisie)

Jamel Henchiri (Institut Supérieur de Gestion, Gabès)

Maud Loireau (Institut de recherche sur le développement, France)

Catherine Loneux (Université Rennes2, France)

SoumiyaMekkaoui (ENGG Agadir, Maroc)

AïssaMerah (Université de Béjaïa, Algérie)

Vincent Meyer (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Pierre Morelli (Université de Lorraine, France)

Sihem Najar (Université de Tunis El Manar, Tunisie)

Ayoub Nefzi (Institut supérieur de gestion, Sousse)

Chiraz Saidani (ISCC Bizerte, Tunisie)

Paul Rasse (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Mongï Sghaier (Institut des Régions Arides, Tunisie)

Nozha Smati (Université Lille 3, France)

Philippe Viallon (Université de Strasbourg, France)

Hayat Zerouali (École des sciences de l’information, Rabat, Maroc)

Comité d’organisation

Nada Allani (FSEGM, Tunisie)

Mohamed Ali Ben Abed (Institut des Régions Arides, Tunisie)

Mehrez Ben Slema (FSEGM,Tunisie)

Houda Ben Mhenni (FSEGM, Tunisie)

Syrine Ben Slymen (FSEGM, Tunisie)

Mouna El Gaied (Université de Lorraine,France)

Nozha Erragcha (FSJEG Jendouba, Tunisie)

AbdeljlileFarhat (FSEGM, Tunisie)

Khaled Jrad (FSEGM, Tunisie)

HediaMaamri (FSEGM, Tunisie)

Dominique Mégard (CAP’COM, France)

Vincent Meyer (Université Nice Sophia Antipolis, France)

Rabiaa Romdhane (FSEGM, Tunisie)

Mongï Sghaier (Institut des Régions Arides, Tunisie)

Nozha Smati (Université Lille 3, France)

Publicités

Publié le novembre 3, 2015, dans Actu, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Ajoutez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :