LES CONDITIONS GRACE AUXQUELLES SELON JEAN PAUL II, LES MEDIAS PEUVENT CREER UNE SOCIETE JUSTE ET FRATERNELLE

   Les moyens de communications sociales jouent des rôles très important pour l’édification de la société nous dit Jean Paul II dans sa lettre apostolique Le progrès rapide adressé aux responsables des moyens de communication sociale. Cependant, ceux-ci parlant des moyens de communications sociales peuvent également participer à la destruction de la société. Tout dépend des objectifs qu’on se fixe et de l’utilisation qu’on en fait. Ainsi, si l’on désire que les moyens de communications construisent une société juste et fraternelle, il y a selon Jean Paul II des conditions à réunir.     Ces conditions relèvent premièrement de l’éthique ; c’est-à-dire de principes qui permettront l’évaluation de la conduite humaine en vue de la conduire à la perfection. Ces principes qu’il convient donc de vivre ou de mettre en pratique sont d’abord celui du respect de la dignité et de l’intégrité de la personne humaine, la recherche du bien commun ajouté aux suprêmes de critères de vérité, de véracité, d’honnêteté et de justice. Aussi, ces conditions relèvent de la conduite des agents de communication. En effet, ceux-ci dans l’exercice de leurs fonctions doivent rapporter fidèlement et correctement les faits, étudier consciencieusement les situations et les problèmes et donner la parole à toutes les couches de la société. De plus, ils doivent être les promoteurs de la justice et de la solidarité tout en respectant leur déontologie professionnelle et en conciliant dans l’exercice de leur fonction les notions de liberté et de responsabilité. Leur principal modèle le dit Jean Paul II doit être le Christ, communicateur par excellence. Autre condition pour que les instruments de communications sociales soient facteurs de justice et de fraternité dans la société, c’est qu’ils soient régis dans un code de principes structurés en fonction des responsabilités éthiques et qui recourt aux lois et aux expériences institutionnelles.

   Pour finir, Jean Paul II invite à trois choix fondamentaux. En premier lieu, celui de la formation. La formation des agents de communication et des usagers à une utilisation plus consciente des médias. En second lieu, la participation de tous au processus de décision en ce qui concerne les moyens de communications sociales et en troisième lieu, favoriser le dialogue. Dialogue entre les peuples et les pouvoirs publics et entre les populations elles-mêmes. C’est à ces conditions telles qu’énumérées que selon désormais St Jean Paul II, les médias participer à la construction d’une société juste et fraternelle.

Publicités

Publié le mai 1, 2014, dans Actu, réflexions, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Ajoutez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :