19 septembre 2002 – 19 septembre 2011. Voici 11 ans.

Jeudi 19 septembre 2002 à Bouaké. Très tôt le matin, j’accours vers ma mère lui disant: »maman, c’est aujourd’hui que les orientations en 6ème sortent. Dépêche-toi, que nous allions voir ». En effet, je venais d’être admis au concours d’entrée en 6ème. Nouveau  »Gbao », qui n’est pas pressé de porter pantalon kaki? Hélas! Ma ferveur va prendre un coup suite à cette nouvelle. Maman me dit qu’elle ira seule car semble t-il qu’elle a entendue des coups de feu pendant la nuit. Attristé, je décide d’obéir. Une dizaine de minutes plus tard, maman revient à la maison et demande à ce qu’on allume télévision et radio. En sortant, un voisin lui avait confirmé les coups de feu entendu la nuit. Tous accrochés au poste radio, nous apprenions les tristes nouvelles qui secouaient le pays tout entier.

L’objet de cet article n’est pas de ressasser tout ce qui s’est passés en Côte d’Ivoire ce funeste jour. Oui, je dis bien funeste. Car, il s’est soldé sur la mort de bon nombre de personnes vivants en Côte d’Ivoire. Je m’incline respectueusement sur leurs dépouilles. Loin de nourrir l’idée de réveiller les rancunes (ce que je ne saurais conseiller), je veux juste penser notre sociabilité future en Côte d’Ivoire pour éviter le pire et envisager des lendemains meilleures.

De çà, de là, les responsabilités ont été déclinés dans ces événements atroces. Le temps a eu raison des masques et ils ont fini par tomber. Les efforts de paix par ci, par là sont en majorité restés vains car la crise perdure pas forcément au plan militaire mais dans les cœurs.   » C’est dans le cœur de l’homme que sont nourris tous les penchants mauvais » nous dit le CHRIST. Au fond, ce qui m’écœure, c’est qu’on trouve des justifications à cela.  Je n’aimerai pas interroger les raisons du déclenchement de cette crise pour savoir s’ils sont nobles et vraies. Peu m’importe! Une chose est sûr et reste présente, c’est qu’il a eu mort d’Hommes. Et cela, ne peut se justifier! LE MEURTRE D’UN ETRE HUMAIN N’A AUCUNE JUSTIFICATION POSSIBLE. Qui es-tu toi homme pour ôter la vie à ton semblable que tu n’as pas créé? Telle est la question.

Si aujourd’hui, il s’avère que les meurtres sont justifiés, est-ce à dire qu’il conviendra à chacun de se rendre justice à soi-même désormais de sorte qu’on arrive à nous comporter comme dans une jungle? Ceux qui luttent en effet, par conviction et surtout pour la Démocratie n’emploient jamais la force des armes. Prenons conseil auprès de Aung San Suu Kyi, de Nelson Mandela et même du CHRIST puisque tout le monde évoque maintenant le nom de DIEU dans ses discours.

Aujourd’hui, 11 ans après, je ne suis plus nouveau  »gbao » mais universitaire. La leçon que j’aimerai tirer de tout cela c’est que si les hommes ont la faculté de parler et de réfléchir,  (je pense donc je suis  »le cogito ergo sum » a dit le philosophe René Descartes) c’est qu’il est possible de discuter, de faire des compromis dans l’intérêt général sans qu’on en vienne aux armes aussi longue que soit la discussion. Alors, pour éviter qu’on en arrive à cela, le conseil est tout donné. La force c’est l’arme des faibles. Arrivé aux armes, c’est faire preuve d’immaturité.

Je souhaite conclure en invitant les jeunes générations Africaines à bannir l’usage des armes de leurs habitudes et à laisser la place aux discours critiques et rationnelles pour l’émergence d’une Afrique tranquille et en paix avec elle-même. Si au commencement était la Parole et que la Parole était avec DIEU et que la Parole est DIEU, c’est que la Parole et par ricochet, la discussion peuvent être d’excellents outils de résolution de conflit.

Publicités

Publié le septembre 19, 2013, dans Actu, Émancipation noire. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Ajoutez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :